Bienvenue
Connexion automatique    Nom d’utilisateur:    Mot de passe:    
           



Répondre
  
Nouveau
Page 1 sur 1
Grand Corps Malade
Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 

La bio de Grand Corps Malade


Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade est un slammeur né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis.

En juillet 1997, à la suite d'un mauvais plongeon dans une piscine alors qu'il était animateur de colonie de vacances pour la ville de Saint-Denis, Fabien Marsaud se déplace des vertèbres et apprend qu'il ne remarchera jamais.


En 1999, il retrouve l'usage de ses jambes après un an de rééducation.

C'est en référence à cette expérience douloureuse qu'il a pris le pseudonyme
Grand Corps Malade.
Photo biographie Grand Corps Malade


En octobre 2003, il fit son premier slam dans un bar parisien. Par la suite, un de ses amis (S Petit Nico) lui proposa de transposer ses morceaux en musique, d'où la création le 27 mars 2006 de son premier album Midi 20, dont le titre correspond à celui d'un morceau où il réduit la vie à l'échelle d'une journée.

Il y évoque sa ville, Saint-Denis, son amour de la vie, un chagrin d'amour mais aussi la douleur liée à son accident.


Ce premier album fut très médiatisé et permis au public français de découvrir le slam.
Parfois a capella, souvent accompagnés d'une mélodie minimaliste en arrière-plan, ses morceaux sont déclamés avec une voix naturelle et parfaitement compréhensible.
Une grande importance est en effet accordée à la narration, et à un humour mélant les clins d'oeil aux figures de style.


Source:GrandCorpsMalade-Fan


_________________
<img src="http://images.imagehotel.net/7c4fdr7w5r.gif" align="left">
Auteur Message

Message Publicité 

PublicitéSupprimer les publicités ?


Auteur Message
Répondre en citant

Message Quatre Saisons 



Paroles de Quatre Saisons:


A l'arrivée du mois de décembre
j'ai bien regardé,
la hauteur de ciel descendre
et l'hiver arriver

j'étais presque content de le voir
en l'observant se déployer
j'ai mis une veste au-dessus de ma veste
pour pas trop cailler

j'ai vu la nuit qui tombait tôt
mais les gens qui marchaient plus vite
j'ai vu la chaleur des bistrots
avec de la buée sur les vitres

là dessus la nature est fidèle
j'ai vu le jour se lever tard
j'ai vu les guirlandes de Noël
qui me foutent le cafard ?
j'ai aimé avoir les mains gelées
pour les mettre au fond de mes poches
j'ai adoré marcher dehors
quand tu sais que la maison est proche

j'ai souris bêtement
en voyant qu'il n'y avait plus
de fleurs sur les balcons
j'ai regardé le ciel tout blanc
y avait même des flocons

certains matins j'ai vu que le givre
avait squatté derrière les fenêtres
j'ai vu les gens revenir du ski
avec la marque des lunettes

je commençais juste à m'y habituer
mais les jours ont rallongé
j'ai compris que le printemps
allait emménager

le mois de mars avait tracé
en un battement de cils
et on m'a dit qu'en avril
faut pas se découvrir d'un fil

mais moi j'ai peur de rien
alors malgré les dictons vieillots
j'ai enlevé une de mes deux vestes
pour pas avoir trop chaud

j'ai vu les arbres avoir des feuilles
et les filles changer de godasses
j'ai vu les bistrots ouvrir plus tard
avec des tables en terrasses

y'avait pleins de couples qui s'embrassaient
c'est les hormones, ça réagit
c'est la saison des amours
et la saison des allergies

c'est vrai que j'ai eu le nez qui coule
et je me suis frotté les yeux
mais j'ai aimé la chair de poule
pendant un coup de vent affectueux

sur les balcons ça bourgeonnait
j'ai ri bêtement à cette vision
j'ai regardé le ciel bleu-pâle
y avait même des avions

ma factrice a ressorti le vélo
j'étais content pour elle
content aussi pour le daron
qui aime le retour des hirondelles

je commençais juste à m'y habituer
mais le thermomètre a augmenté
j'ai compris ce qui nous pendait au nez
c'était l'été

au mois de juin an change de teint
fini d'être albinos
c'est la période des examens
et puis celle de Roland Garros

ça sent les vacances à plein nez
il va être l'heure de se tirer
moi j'ai enlevé ma dernière veste
pour pas transpirer

j'ai vu qu'il faisait encore jour
même après le début du film
pour ceux qui ont des poignées d'amour
il est trop tard pour le régime

les mecs sont assez excités
et ça les préoccupe
que les filles sortent leurs décolletés
et leurs mini-jupes

j'ai aimé rechercher l'ombre
quand il y avait trop de soleil
j'ai aimé dormir sans la couette
pour rafraîchir le sommeil

sur les balcons c'était la jungle
il y avait plein de fleur et de feuillage
j'ai regardé le ciel tout bleu
il y avait même pas de nuages

j'ai adoré conduire la nuit
la vitre ouverte en grand
avec le bras gauche de sorti
qui fait un bras de fer contre le vent

je commençais juste à m'y habituer
mais j'ai vu une fleur fanée
j'ai compris que l'automne
était déterminé

c'est surtout à partir d'octobre
c'est la saison la plus austère
moi bizarrement je la trouve noble
c'est celle qui a le plus de caractère

j'ai vu les feuilles qui tournoyaient
comme des ballons de baudruche
j'ai remis une de mes vestes
avec une capuche

j'ai vu la pluie, j'ai vu le vent
les rayons de soleil malades
j'ai vu les K-ways des enfants
qui partent aux châtaignes en ballade

j'ai marché dans les feuilles mortes
et sur les trottoirs mouillés
j'ai vu les parcs changer de couleurs
ils étaient tout rouillés

j'ai aimé les lumières de la ville
qui se reflètent dans les flaques
et les petites bourrasques de vent
qui mettent les brushings en vrac

sur les balcons y avait que des branches
sans feuilles et sans raisons
j'ai regardé le ciel tout gris
y avait même plus d'horizon

et puis l'hiver est revenu
puis les saisons se sont perpétuaient
les années passent, la vie aussi
on commençait juste à s'y habituer

on est les témoins impuissants
du temps qui trace, du temps qui veut
que les enfants deviennent des grands
.et que les grands deviennent des vieux


Grand Corps Malade.



_________________
<img src="http://images.imagehotel.net/7c4fdr7w5r.gif" align="left">
Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 



Paroles de Les Voyages En Train:

J'crois que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins,
Et l'histoire d'amour t'emporte sous l'oeil impuissant des témoins,
Les témoins c'est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s'éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et tu imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu te plantes et que t'as pas les pieds sur terre,
Chacun y va de son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va derailler dès le premier orage.

Le grand amour change forcément ton comportement,
Dès le premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une love story de première ou d'seconde classe.

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que pour son visage,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l'heure,
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le controleur.

Mais la magie ne dure qu'un temps et ton histoire bât de l'aile,
Toi tu te dis que tu n'y est pour rien et que c'est sa faute à elle,
Le ronronement du train te saoule et chaque virage t'écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches tu vas te dégourdir le coeur.

Et le train ralentit et c'est déjà la fin de ton histoire,
En plus t'es comme un con tes potes sont restés à l'autre gare,
Tu dis au revoir à celle que tu appelleras désormais ton ex,
Dans son agenda sur ton nom elle va passer un coup de tipex.

C'est vrai que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaitre ce qu'est l'amour et se découvrir plein d'entrain,
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c'était pas le bon vagon,
Car les trains sont crapricieux et certains sont innaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu'avec la SNCF c'est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grèves,
Et leurs histoires d'amour n'existent que dans leurs rêves,
Et y'a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront dessus à la prochaine station,
Y'a celles qui flippent de s'engager parce qu'elles sont trop émotives,
Pour elles c'est trop risqué de s'accrocher à la locomotive,
Et y'a les aventuriers qu'enchainent voyages sur voyages,
Dès qu'une histoire est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j'ai souffert pendant des mois,
On s'est quitté d'un commun accord mais elle était plus d'accord que moi,
Depuis je traine sur les quais je regarde les trains au départ,
Y'a des portes qui s'ouvrent mais dans une gare je me sent à part.

Il parait que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c'est le cas accroche toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y'aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus.



_________________
<img src="http://images.imagehotel.net/7c4fdr7w5r.gif" align="left">
Auteur Message
Répondre en citant

Message Parole Du Bout Du Monde 


Paroles de Parole Du Bout Du Monde:

Rouda : Qui a dit un jour que les paroles s’envolent et que les écrits restent
Et qui dira que cette histoire ne fut qu’une parabole de deux poètes à la plume trop leste
Des montagnes de l’Est elle traverse les rivières du grand Ouest
Puis serpente et s’entête jusqu’à se fondre dans l’asphalte

GCM : C’est l’histoire d’un récit qui traverse le monde comme tu tournes les pages de ton atlas
On m’a dit qu’il était conté par un mec très vieux, je parle pas du Père Fouras
Mais d’un ancien respecté à la voix aussi profonde que les rides de son visage
Je te parle de son récit qui pendant des décennies a traversé plus d’un paysage

Rouda : C’est l’histoire d’un tour du monde d’une course autour de la planisphère
Un moment hors de l’espace-temps où les secondes se comptent en millénaires
Ce n’est pas un conte mais un poème mi-phénomène paranormal
Mi-parole libre qui se promène forcément ça se passe à l’oral

GCM : C’est l’histoire d’un voyage fantastique auquel ont participé plus d’un élément
Qui, lors d’une existence classique, ne se croisent pas forcément
Ce voyage un peu magique, comme tout le monde tu en as entendu parler
Moi je l’ai connu un soir de pleine lune devant un grand ciel étoilé

Rouda : Moi je crois bien que c’est le vent qui est venu me la souffler
Et ça m’a fait l’effet d’un sédatif car à vrai dire ça m’a troublé

GCM : Cette histoire, je donnerais tout pour connaître son origine exacte
T’sais quoi Rouda on va remonter à sa source chacun de son côté, tel est notre pacte

Rouda : Ok Grand Corps Malade je te souhaite une balade planétaire
Je te laisse donner le top départ et le choix dans l’hémisphère

GCM : Tu devras fouiller dans 2 continents, moi 3, s’il faut on se retrouve dans 10ans
Mais comme j’ai plus de terres que toi, tu te taperas aussi le fond des océans
Bon voyage ! Que le meilleur gagne !

Rouda : J’ai commencé à observer les territoires les plus classiques
Le tableau noir des facultés aux discours très académiques
J’ai entendu les cris d’une parole qui s’endort dans des débats soporifiques
Des conférences, des galeries d’art et même des visites guidées au cœur des quartiers historiques

GCM : J’ai commencé ma quête en questionnant mon voisin de palier
Il est tellement vieux qu’à un bout de cette histoire il est forcément lié
Il m’a conseillé d’enquêter dans un petit village montagnard
Mais les gens que j’ai croisés là-bas avaient étrangement perdu la mémoire

Rouda : Sur mon itinéraire j’avais quelques antiquaires
Je n’y ai trouvé que des mots en vieux français et des paroles pleines de poussière
J’ai rencontré deux trois coiffeurs et leurs récits légendaires
A la racine j’ai tout compris de la théorie de la pesanteur
J’ai donc pris de la hauteur j’ai fait pas mal d’aller-retours
J’ai été rapide ou plein de lenteur mais la durée de mon parcours
S’étale sur le Maghreb et ses conteurs jusqu’aux tavernes de Singapour
Des tribus nomades d’orateurs aux temples de Kuala Lumpur
J’ai vu des mots d’absence des mots laissés sur une porte et même des mots d’amour
J’ai parfois pris le mauvais sens et plus j’ai fait la connaissance des nouveaux troubadours
GCM : J’ai compris que c’que je cherchais avait quelque chose de secret
Et que cette histoire était fragile comme un mot écrit à la craie
Je scrutais la nuit dans des ruelles sombres aux odeurs de pisse
Quand un vieux clochard me lança enfin sur une bonne piste
Il m’a dit d’aller interroger un scientifique, j’étais d’accord
Mais celui-ci m’a rien appris, j’ai juste révisé le théorème de Pythagore
Alors je suis allé voir les plus grands philosophes du continent
Mais ils m’ont saoulé, j’préfèrais encore mon vieux voisin incontinent
J’ai rencontré des tas de personnes, de Reykjavik à Pékin
Des groupes de jeunes rappeurs aux vieux griots africains… mais en vain

GCM & Rouda : J’ai vu des mots tendres, j’ai vu des mots d’excuse, j’ai vu des gros mots
J’ai vu des mots à prendre des mots qui accusent et même des mots en trop
J’ai vu des mots passants, j’ai vu des mots vexants, j’ai vu des mots tranchants comme un pieux
J’ai vu des mots qui immobilisent des mots sans mobile et même des mots creux
J’ai vu des Mohammed, j’ai vu des Mauricette
J’ai surtout vu que j’avais fait ce voyage pour rien
J’ai vu de mauvais mots, j’ai vu des bons moments
Et que finalement la source n’était pas si loin
Cette histoire, c’est la tienne, c’est la mienne, elle est bien réelle
C’est l’histoire du langage universel faîtes qu’elle soit éternelle
J’sais pas pour toi Grand Corps Malade mais notre fin de texte me semble un peu trop solennelle
C’est vrai Rouda mais l’important c’est peut-être juste qu’elle soit belle
Ca leur paraîtra peut-être bête encore plus con que deux poètes
Mais j’ai encore envie de la dire : que vive la parole libre !
En tout cas c’qui est net, c’est que cette histoire vit dans toutes nos têtes
Et qu’on continueras à la vivre jusqu’aux toutes dernières pages de notre propre livre
Bon voyage ! Que le meilleur gagne !



_________________
<img src="http://images.imagehotel.net/7c4fdr7w5r.gif" align="left">
Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 

c joli


_________________
Avant de critiquer oubli pas que toi aussi un jour tu as débuté


http://soha-creation.xooit.com/index.php
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 

Content que ça te plaise souad ....
Jonathan



_________________
<img src="http://images.imagehotel.net/7c4fdr7w5r.gif" align="left">
Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 

salam les amis
au faite je suis fan de grand corps malade je kiff trops ce qu'il fait en sachant qu'il a déssiner son avenir
(il voulait devenir un prof de sport ) et avec un accident tt a changer pour lui^parmis les chansons que j'adore c'est "je dors sur mes 2 oreilles " "mental" "rencontres"
c'est tellement vrais ce qu'il raconte

Auteur Message
Répondre en citant

Message Grand Corps Malade 

J'adore grand corps malade , avec son expérience il a su connaitre la vie et il sait bien s'exprimer , j'aime sa chanson " rencontre" qui parle des étapes de sa vie , et je trouve que ça nous apprend le savoir vivre !


_________________
Visiter le site web du posteur
Auteur Message

Message Grand Corps Malade 



Montrer les messages depuis:

Répondre
Page 1 sur 1
Modération




Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation remonter




Cityscapes.ma