Bienvenue
Connexion automatique    Nom d’utilisateur:    Mot de passe:    
           



Répondre
  
Nouveau
Page 1 sur 1
Mémoire de Mohand le Rifain
Auteur Message
Répondre en citant

Message Mémoire de Mohand le Rifain 

Mémoire de Mohand le Rifain

toute ressemblance avec une réalité
quelconque découle de la fiction


Mohand l'enfant mal aimé du village a vu le jour vers 1937
a Ketama dans le Rif. Tout le prédestinait a un future sombre, assez
déformé, de morphologie plus grande que la normale, complètement
teigneux, pas un cheveux sur la tête , en plus son crâne a l'aspect
d'un terrain volcanique. Mohand est la risée des enfants du village,
tout le monde se plaisait à lui donner des coups et a fini par s'y habituer
a telle façon que c'est devenu une manière de le dorloter. Vers 1947
Mohand devait avoir 10 ans a peu près, l'etat civil n'etait pas encore de
rigueur dans la région. Sa seule ambition, l'unique est de
s'approcher
de la jeep du militaire colon qui administrait la région, klaxonner, puis
prendre la fuite. Il est l'unique villageois qui peut se permettre un tel
luxe, considéré comme un aliéné personne ne prête attention a son
comportement. Un jour , l'administrateur colonial habitué a rendre
visite au cheikh de la région dans le but de fortifier et honorer son
règne, attrape Mohand, il lui donne un chiffon et lui ordonne de
dépoussiérer le véhicule. A partir de ce jour, la vie du teigneux a
changé, il s'adonna a ce travail avec ardeur, centimètre par centi-
mètre la jeep est nettoyée de telle façon que le propriétaire resta
bouche bée.
A partir de ce jour Mohand devint le nettoyeur officiel de
la voiture du colon, l'enfant se trouve soudain enveloppé
d'un prestige et d'un honneur qui lui confère le respect
de ses semblables, il ne recevait plus de coup, et les
gens s'inclinaient légèrement en le croisant par crainte
qu'il ne les dénonce auprès du cheikh et son patron.
Mohand a maintenant 13 ans, il devint un noble du
village malgré son état chétif et sa tenue qui se réduit
a un rugueux vêtement semblable a un sac avec deux
manches. L'année suivante, l'administration a mis une
voiture a la disposition du cheikh, mohand devint son
conducteur, le permis n'étant pas du tout exigé durant
cette période, le teigneux pourra maintenant user a
volonté a son jeux préféré , klaxonner, son employeur
s'en trouva émerveillé, façon d'aviser les ruraux de son
passage, même les vaches et les brebis maintenant
prêtent attention au passage du chef. Mohand malgré
cette fonction qui ne lui rapporte aucun sous est serein
et son future ne lui pose aucun problème. Quelques
année ont passé, le colonisateur commence a plier
bagage, et s'assure de la continuité de sa politique
après le départ en installant de nouveau venu formé
par sa machine et proposé aux autorités du pays qui
l'ont accepté faute de cadres plus nationaux.
L'administrateur ne voulant pas abandonner Mohand
par peur qu'il ne devint la risée des ruraux après avoir
côtoyé les hautes instances dominantes, essaie de
le placer quelque part, mais l'état, la formation et la
morphologie de ce rifain teigneux lui ferme toutes
les issues. On demande a Mohand ce qu'il veut faire
et il répondit, conduire, conduire et klaxonner, rien de
plus, le capitaine lui procura un permis d'autocar et
le plaça comme chauffeur dans une société nationale.
A vingt ans, Mohand , et avec l'appui des ex-colon
restant influents dans la région malgré l'accès a la
liberté et l'indépendance, a pu être affecté a la
ligne Casablanca - Oujda en passant par Ketama, il
est ravi, maintenant a chaque fois qu'il traverse son
douar, une frénésie s'empare de son contenu, animaux
poules, humains et oiseaux sursautent par le bruit
de l'avertisseur du car , tellement puissant. Quelques
ont suffi au teigneux pour que des étrangers entrent en
contact avec lui et l'informe qu'il dispose d'une mine dont
il n'a qu'' a tendre le bras et ramasser des sacs de billet
de banques. Mohand, entreprit donc une longue marche
vers la richesse, chaque voyage lui permet de transférer
une dizaine de kilogrammes de kif et dispose
d'une petite fortune. Une dizaine d'année sur
cette ligne lui ont suffit pour devenir un petit empereur, de
l'argent, des amis influents, des connaissances locales
et étrangères, il se fait une autre personnalité, adopta une
perruque, s'acheta des habits de luxe et démissionna de
ce foutu travail de conducteur.
……………………
Toute ressemblance avec la réalité
découle uniquement de le coïncidence
Mohand, maintenant libre et disposant de quelques millions de
reserve quelques jours a étudier la situation pour déterminer
la région de sa nouvelle résidence. Il n'a nullement l'attention
de quitter sa région, et trois possibilités reviennent constamment
brouiller sa pensée. Rester définitivement a Ketama, Oujda
ou Taounat. Il passa en revue les possibilités de chaque région.
Taounat parait ne pas répondre a ses attentes, et les gens de
Taounat lui paraissait ne plus être des Rifains, ils parlent l'arabe
et ressemblent plutôt a des pseudo-fassis, en fait, taounat a
profité de sa proximité de Fès, les riches fassis s'achètent
a gros prix les lopins de Taounat dont les ruraux devinrent de
simples fermiers serviteurs, leurs enfants ont pu intégrer les
écoles par appui des gens de fes et ainsi ils se sont complètement
intégrés. Mohand, opta pour Oujda, mais la encore, trouva que les
Oujdis ont complètement perdus leur identité de rifains, et de
l'avis des pures , devinrent des Galaai soit des pseudo rifains
aussi. Il reste Ketama, ce village ne lui procure aucun bon
souvenir, comment s'épanouir dans un lieu ou, il était traité moins
qu'un âne, et que les gens de sa génération profitent de toutes
les occasions pour lui rappeler les coups du passé et état de son
crâne. Il plia bagage et rejoint Tétouan, la capitaine citadine semi
Marocaine, sem-espagnole par culture. Il s'y installa, et continu
a picoter et fortifier sa fortune dans le domaine des drogues
naturelles. Durant les années 70, le gouverneur de la région de
Ketama lui proposa d'investir en lui assurant qu'il aura tous les
appuis nécessaires. Mohand se laisse guider et obéit a la lettre
au gouverneur et ses alliés. Il emprunta facilement quelques
milliards sans même savoir la procédure, la moitié de cet
argent est détourné par ses guides contre son intronisation
en parlement. Il édifia un hôtel et quelques épiceries dans la
région, et, en tant qu'elu et siégeant en haute instance, ses
affaires ont connu un enrichissement fulgurant. Vola maintenant
plusieurs décennies qu'il est conseiller, quoi que sa fonction est
réduite a la présence dans ce prestigieux espace, parce que ne
sachant ni lire ni écrire. Cet espace lui permet de se reposer et
même dormir loin des routines et traitement d'affaires financières
Mohand, honorable, conseiller du peuple, baron parmi les grands
eu des enfants, des villas, des usines, le respect et l'honneur de
tous.
suite
Mohand se sentit vieux, la vie en confort et le déplacement en
mercedès a assouplit ses muscles et donner plus de volume
a son ventre. Les citoyens sont devenus plus informés et de
plus en plus de gens refusent d'être guidés ou soumis a des
pressions pour lui octroyer leur vote. Le coup de pouces des
hauts fonctionnaires est aussi devenu trop risqué et moins
vigoureux. Il pensa donc a revitaliser sa personne auprès des
citoyens qu'ils présentent et a qui il n'a jamais octroyé aucune
attention ni assistance. Il opta pour une nouvelle stratégie,
chaque semaine il parcourt les villages, saluant les gens et
distribuant de l'aumône aux pauvres, engagea quelques maçons
pour blanchir les murs de édifices d'Igorramnes, acheta et offra
des médicaments par ci , par la. Pour couronner le tout, sachant
les élections proches, obligea son fils a se marier, le but étant
d'inviter le peuple a un festin grandiose dans le but d'avoir leur
soutien. Il loua des espaces, des villas, des hôtels, et, envoya
des bus sillonner les douars et ramasser les campagnards qui
pour la première vont se sentir importants, des centaines de
vieillards et jeunes ont été convoyés sur Tétouan, nourris , logés
et même des orchestres populaires ont été mis a leur disposition,
trois jours de fête inoubliables, les autocars s'alignent pour
rapatrier les gens vers leurs villages. Mohand a pris le soin de
préparer un petit cadeau pour ainsi achetés et remplis de vêtements et divers produits
a petit prix, même les bonbons y figurent, c'est dire que Mohand
pense a s'assurer de sa reconduction et la réservation de ce
poste a sa dynastie. Les Rifains furent honorés et a partir de
maintenant Mohand est assuré de leur soutien. Le baron coulait
de merveilleux journées entre ses villas de Tétouan et l'édifice des
conseillers a Rabat, Ketama, elle, est toujours un village, le douar
de Mohand




Mimouni A.

Auteur Message

Message Publicité 

PublicitéSupprimer les publicités ?


Auteur Message
Répondre en citant

Message Mémoire de Mohand le Rifain 



Est-ce que cette histoire vient de toi Mimouni?

Merci pour le partage!


_________________
Visiter le site web du posteur
Auteur Message

Message Mémoire de Mohand le Rifain 



Montrer les messages depuis:

Répondre
Page 1 sur 1
Modération




Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation remonter




Cityscapes.ma