Bienvenue
Connexion automatique    Nom d’utilisateur:    Mot de passe:    
           



Répondre
  
Nouveau
Page 1 sur 1
Guérir de tout par une simple poignée de mains!!!!
Auteur Message
Répondre en citant


Avez vous déjà entendu parler de Cherif Elmekki !!!



A Skhirat, Chrif El Mekki prétend guérir de tout par une simple poignée de mains. Sa «cour des miracles» accueille tous les jours des visiteurs souffrant de maladies chroniques et affluant de toutes les villes. Sa notoriété dépasse nos frontières. Retour sur un véritable phénomène de société.
La “Mekkimania”, vous connaissez ? A moins de vivre sur une autre planète, vous ne pouvez pas ignorer ce nouveau ”Saint” qui agit et guérit à Skhirat. En l'espace de quelques mois, sa réputation a dépassé les limites de la bourgade. Elle a carrément franchit nos frontières.

Par curiosité, nous avons débarqué en milieu de semaine à Skhirat pour aller à la rencontre de ce phénomène. Déjà, à l'entrée de la petite ville, on sent “l'aura” de sainteté. Vendeurs d'eau minérale et de pains de sucre proposent aux visiteurs -très nombreux- les-futurs- remèdes à leurs maux et guident les “âmes” égarées vers “l'écurie des miracles”. Ici, on ne parle que de baraka, et celle-ci n'a pas de prix. Enfin si, quand même, un prix symbolique de 10 dirhams la consultation si on n'a pas eu le temps de s'approvisionner en sucre.

Nous voici sur les terres du Chrif. Une longue file d'attente -et pourtant nous sommes aux premières heures de la matinée- et tout au fond, une écurie que El Mekki a sanctifiée pour les besoins de son entreprise familiale. Généreux, il fait travailler avec lui tout le monde : son frère qui s'occupe de ses relations publiques (c'est lui qui veille à l'organisation des rendez-vous avec la presse), ses sœurs, des habitants du village… Au total, une brigade d'une vingtaine de personnes est sur place au quotidien pour mettre de l'ordre et filtrer -si besoin est- les indésirables comme nous.
ImagePour approcher de près ce phénomène, il faut montrer sa carte professionnelle et garder à l'esprit qu’El Mekki ne badine pas avec tout ce qui est marketing et communication. Ses sbires font circuler moult rumeurs. Des personnalités étrangères, qu'elles soient d'Espagne (le frère du roi Juan Carlos) ou des pays du Golfe, auraient fait appel à la magie de ses doigts. On parle même de personnes du Palais ayant fait confiance à ce “guérisseur”. Un argument qui fait mouche à tous les coups. Mais El Mekki a prévu autre chose pour les plus sceptiques. Des enregistrements sonores, des témoignages de ceux qui auraient été sauvés par son doux toucher. Décidément, c'est à un saint moderne que nous avons affaire. Nul doute qu'il a déjà préparé son dossier de presse. Et la presse, il a appris à composer avec, n'hésitant pas, au passage, à lancer des menaces directes, à l'instar de celles que nous avons reçues, si l'article ne l'encensait pas. Un visiteur ayant assisté à cette scène nous a même conseillé de lui faire parvenir l’article avant sa parution afin d’éviter le châtiment de “l’homme fort” de Skhirat. No comment.
Guérir, même à distance !
ImageNombreux sont ceux qui auraient donc été guéris par une simple poignée de mains. A l'image de ce menuisier qui, ne pouvant marcher, serait venu le voir 35 fois jusqu'à ce que le miracle se produise. Ce n'est pas par miracle que les djinns l'auraient guéri mais plutôt par lassitude…. Toujours est-il que ce “miraculé” travaille bénévolement de temps en temps aux côtés du Chrif.
En cette matinée, plus de 500 personnes s’impatientent pour rencontrer le “Saint”. Mais dans un chaos total. Ce qui n'a pas été du goût d’El Mekki, lequel a piqué une grande colère. Pour calmer l'ardeur de ses fans, il les a poussés en menaçant de suspendre les “guérisons”. Pour enfin revenir sur sa décision. Dans une tentative de calmer les esprits, il a levé les deux mains vers son public, tandis que son miraculé valide clamait “toutes les bouteilles levées”. Tout le monde a suivi à la lettre les consignes du maître. Eh oui… El Mekki peut guérir même à distance, il ne se contente plus de toucher.
Mais est-il aussi efficace que cela ? Comment se fait-il que des couples, des femmes avec leurs bébés parfois, fidèles de tous âges et de toutes conditions socioprofessionnelles viennent le voir des quatre coins du pays ? Parfois même de l'étranger ? A l'instar de Abdelkrim H, ouvrier marocain retraité qui a fait spécialement le déplacement de Bruxelles. Ce jour-là, il était en compagnie de sa sœur qui vit à Taza et de sa petite fille aveugle. «C'est la troisième fois que nous venons ici pour ma nièce. Les deux premières fois, il n'y avait aucun changement. Aujourd'hui, en sortant, elle s'est adressé à sa mère en lui faisant une remarque sur la couleur de son foulard. D'habitude, je ne crois pas à ces choses, mais là…».
ImageAutre “malade” peu convaincue, cette jeune fonctionnaire marocaine qui vit en France et qui souffre de diabète. «Je suis venue uniquement pour faire plaisir à mes parents. Nous avons loué un appartement juste à côté pour trois jours afin que je puisse venir le voir. Je ne crois pas vraiment que cet homme va me guérir mais bon, cela ne coûte rien d’essayer».
C'est certainement sur ce doute, sur cette confusion dans les esprits que tablent El Mekki. Il faut dire aussi que son apparence y est pour beaucoup. Il est assez autoritaire dans son genre, c'est ce qui explique aussi certains miracles… éphémères. Comme celui de cette femme âgée qui est arrivée portée par des proches. En la voyant, El Mekki l'apostrophe :
“lève-toi”. La malade ne s'est pas fait répéter l’ordre. Elle s'est mise debout pour s'affaisser de nouveau dès que le “Saint” a détourné le regard.
Mais si El Mekki attire volontiers les foules, les gens ne sont pas tous bavards. Ce jeune couple, par exemple, qui semble assez instruit. Il est venu en consultation, mais a réagi très agressivement à nos questions. Signe que malgré tout, il y a encore une certaine honte à croire à tous ces boniments. Et qu'il y a encore plus de honte à en parler. Ce n'est pas le cas de Khalid J., 40 ans, promoteur immobilier exerçant à Casablanca et qui en est à sa cinquième visite. «En touchant la main d’El Mekki, j'ai senti un champ magnétique», confie Khalid J. qui souffre d'hypertension.

«Sur le tas, je ne cache pas que cela m'a fait du bien mais de là à dire que Chrif m'a guéri, je n'en suis pas si sûr. D'ailleurs, je ne vais pas arrêter le traitement médical prescrit par mon médecin», tient-il à préciser. Même son de cloche auprès de Rachid K, cet instituteur oujdi accompagné de son épouse et de ses deux petites filles. «Je suis venu chercher la baraka et non pas la guérison», lance-t-il sur un ton sérieux. «Comme ce fut le cas pour d'autres guérisseurs, il n'est pas exclu qu’El Mekki dispose d'un certain don pour alléger les souffrances», fait-il remarquer tout en citant quelques Hadiths du Prophète Mohammed sous le regard attentif d'un fkih partageant les mêmes convictions.
Les médecins en prennent pour leur grade

Ce n'est pas en tout cas l'avis de cet avocat tangérois qui a subi, lui aussi, des pressions de la part de sa mère -ravagée par une maladie chronique- pour l’emmener chez El Mekki. Comment pourrais-je lui tenir tête ? Ahmed L. ne cache pas son étonnement lorsqu'il a croisé ce jour-là de vieilles connaissances -des personnes cultivées et occupant des postes de responsabilité- venues rencontrer le Chrif de Skhirat. «C’est un décor désolant et certains médias ne font que donner plus de pouvoir à El Mekki. Les autorités publiques ne font rien pour mettre fin à ce cirque», déplore-t-il.

De toutes les personnes interrogées, rares sont celles qui partagent cette opinion. Quelles sont alors les véritables motivations qui les poussent à faire des kilomètres et des kilomètres pour une poignée de mains avec El Mekki ? Si ces personnes croient toujours dans les effets de la médecine, elles mettent en cause les médecins souvent taxés “d’incompétents” et de “matérialistes”. Les médecins en prennent ainsi pour leur grade. Au grand bonheur du Chrif de Skhirat qui, selon ses proches, ne veut pas se substituer aux toubibs mais se met au service des personnes qui croient en la “magie” de sa main droite. El Mekki vend donc de l’espoir en misant aussi bien sur l’ignorance des uns que sur les croyances “religieuses” des autres et selon lesquelles le Chrif «n’est qu’un intermédiaire que Dieu investit d’une mission, celle d’adoucir les douleurs». Autrement dit, rares sont les visiteurs qui estiment qu’El Mekki est un charlatan. Ne dites surtout pas de mal de lui, il risquerait de vous envoyer ses millions de djinns qui hantent sa main gauche.

Source : Lejournal-Hebdo 14/02/2007


Visiter le site web du posteur
Auteur Message

Message Publicité 

PublicitéSupprimer les publicités ?


Montrer les messages depuis:

Répondre
Page 1 sur 1
Modération




Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation remonter




Cityscapes.ma