Bienvenue
Connexion automatique    Nom d’utilisateur:    Mot de passe:    
           



Répondre
  
Nouveau
Page 3 sur 9
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Actualités
Auteur Message
Répondre en citant

Message Wana lance Bayn 


Maroc Connect devenu Wana annonce le lancement de Bayn, une offre de téléphonie fixe et mobile destinée au marché du grand public marocain.

Quelques semaines seulement après le lancement institutionnel et la mise sur le marché des offres entreprises de Wana, le troisième opérateur de téléphonie au Maroc revient avec une nouvelle offre dédiée cette fois-ci au grand public. Baptisée « Bayn », mot qui signifie « clair » en arabe, cette première marque de téléphonie et Internet grand public démarrera le 7 février 2007. “Bayn” comprend deux variantes : une offre de téléphone personnel et une offre de téléphone familial. Avec une offre de 149 dirhams , le client peut avoir un appareil personnel ou familial, en plus d’une recharge de 100 dirhams et des communications gratuites entre deux clients Wana jusqu’au 31 juillet 2007.

Le téléphone personnel est un téléphone fixe urbain qui “sort” de la maison et qui permet à son détenteur d’accéder aux télécommunications offertes par Wana dans le cercle de sa ville. Pour l’heure, l’opérateur dit disposer de 25 cercles couvrant près d’une quarantaine de villes au Maroc. A la fin du mois de juin 2007, la couverture sera portée à une cinquantaine de villes. Cette stratégie déclinée autour de « Bayn » résume toute l’étendue des aspirations qui anime la marque. « L’objectif premier étant de rester à l’écoute du client et d’entretenir avec lui une relation durable, de confiance et de transparence. », indique le management de l’entreprise.

Se voulant proche du client, l’offre, qui prend en considération les « véritables attentes du citoyen en matière de téléphonie », a été mise en place sur la base de plusieurs enquêtes auprès des échantillons représentatifs de la population marocaine. Ces études ont montré, indique la direction communication de Wana, « l’arrivée de la téléboutique en tête des moyens de communication les plus utilisés et la volonté des Marocains d’avoir une parfaite maîtrise de leurs consommations téléphoniques ».

D’après le Matin


_________________
<a href="http://adf.ly/?id=10323639"><img border="0" src="https://cdn.adf.ly/images/banners/adfly.350x19.1.png" width="350" height="19" title="AdF.ly - raccourcir les liens et gagner de l&#39;argent! "></a>
Visiter le site web du posteur
Auteur Message

Message Publicité 

PublicitéSupprimer les publicités ?


Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

une parfaite maitrise de leurs consommations téléphoniques je pense pas pas que c le cas pr les jeunes lol

bon personnellement je dis bienvenue à notre nouveau opérateur c dans notre interet en tant que consommateur de sortir de l ere ou les telecom ont été monopolisées entrain la main de maroc telecom qui reste pourtant tranquille avec le nombre énorme de ses abonnés et l image de marque qu elle a pu developper durant ses années d activité ;)

Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

salam

j'espère juste qu'ils vont s'y mettre aussi au net, genre une connexion sans fils comme pour le téléphone urbain !
je suis content qu'ils arrivent à casser le monopole de IAM car ses derniers sont plus que nul quand il s'agit de répondre aux appel de leurs clients, j'en sais klk chose, il m'ont volé deux semaines de connexion après m'avoir laissé avec un débit 5 fois inférieur à celui que j'avais


j'ajoute ces liens des portail wana et bayn

http://www.wana.ma/

http://www.bayn.ma/

pour l'internet je crois qu'il faut encore attendre un peu :

http://www.bayn.ma/internet/index.php


_________________
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Répondre en citant

Message il est fort et non nul! 

je suis content qu'ils arrivent à casser le monopole de IAM car ses derniers sont plus que nul quand il s'agit de répondre aux appel de leurs clients, j'en sais klk chose, il m'ont volé deux semaines de connexion après m'avoir laissé avec un débit 5 fois inférieur à celui que j'avais


l'opérateur maroc telecom est et jusqu'à maintenant dans une position de force tout d'abord par son infrastructure de telecom et aussi l'absence des concurrents qui peuvent arracher une part de marché qu il détient donc c pr celà qu'il profite de cette position ainsi il detient un certain pouvoir sur ces clients il était le producteur roi !!!



Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

Une astronaute de la NASA accusée d'avoir voulu tuer une rivale



En juillet 2006, elle faisait partie de l'équipage de la navette spatiale Discovery. Mardi 6 février, Lisa Nowak s'est retrouvée en prison, sous l'accusation de tentative de meurtre. Toute la journée, les Américains ont essayé de réconcilier les deux images et de comprendre comment une astronaute de la NASA, spécialiste de robotique et mère de trois enfants, avait pu s'égarer au point de poursuivre une présumée rivale dans un parking d'aéroport avec un fusil à air comprimé, un couteau et un spray de poivre incapacitant.


Capitaine de la marine, astronaute depuis 1996, Lisa Nowak, 43 ans, a été arrêtée à l'aéroport d'Orlando, en Floride, après avoir conduit 1 400 km d'affilée depuis Houston, au Texas, afin d'arriver à temps pour intercepter l'ingénieur Coleen Shipman, une capitaine de l'armée de l'air, qui avait fait le voyage en avion. Elle portait une perruque et un imperméable. Elle a essayé de provoquer une confrontation avec sa rivale présumée en pénétrant dans sa voiture. La police a parlé de tentative d'enlèvement.

Selon les éléments fournis lors de la présentation au juge, en Floride, l'astronaute avait découvert que la capitaine Shipman partageait le même intérêt qu'elle pour le commandant William Oefelein, pilote de la navette Discovery lors de sa dernière mission, en décembre 2006. Des courriers électroniques ont été découverts dans la voiture de Lisa Nowak, ainsi qu'une lettre d'amour adressée à l'astronaute. Lisa Nowak a indiqué qu'elle avait seulement voulu "effrayer" la jeune femme. Elle a été libérée contre le versement d'une caution de 25 000 dollars.

Lisa Nowak est l'une des 97 astronautes de l'agence spatiale américaine. Elle venait de se séparer de son mari, un contrôleur aérien pour la station spatiale internationale. Les astronautes subissent des tests psychologiques approfondis au moment de leur sélection, mais plus après. En juillet 2006, Lisa Nowak avait été chargée de la manipulation du bras robotisé lors des sorties dans l'espace. Selon les spécialistes, le retour sur Terre, après des missions courtes mais ayant nécessité des années de préparation, peut se révéler éprouvant.



tout ça pour un mec !!!!




_________________
Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Socrate

Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

Charlie Hebdo raille le "procès médiéval" des dessins de Mahomet




PARIS (Reuters) - Les responsables de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, poursuivi à partir de mercredi pour avoir publié il y a un an trois dessins mettant en scène le prophète Mahomet, ont dénoncé mardi un "procès médiéval".

S'interrogeant sur le rôle des autorités françaises, ils se sont dit rassurés de voir que François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste et François Bayrou, candidat de l'UDF, avaient accepté de témoigner devant le tribunal correctionnel.

Philippe Val, le directeur de publication de l'hebdomadaire, a expliqué que les dessins mis en cause n'avaient pas pour objectif "d'attaquer les musulmans" mais "d'attaquer les terroristes".

"Si on n'a plus le droit de faire la satire de l'idéologie terroriste, qu'est-ce qu'il restera au simple citoyen pour se défendre s'il n'a même plus le rire pour vaincre ses peurs", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse. "Ce procès est un procès médiéval."

L'Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui avec la Grande mosquée de Paris, notamment, est à l'origine des poursuites a estimé pour sa part que la liberté d'expression invoquée par l'hebdomadaire ne pouvait "servir de paravent" à la "violence" de ses attaques.

"En tant que musulmans, nous avons été et sommes toujours profondément outrés par l'attitude violente, et assumée comme telle, consistant à dénigrer les symboles de notre foi", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le procès pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion" vise l'hebdomadaire satirique et Philippe Val.

"UN RETOUR EN ARRIERE"

Ce dernier est en théorie passible de six mois de prison et de 22.500 euros d'amende, mais en cas de culpabilité, la jurisprudence limite en général les peines à des amendes.

Se présentant en porte-drapeau de la liberté d'expression, le périodique avait repris en février 2006 certaines des caricatures de Mahomet publiées initialement en septembre 2005 dans un journal danois. Mais il est également poursuivi pour un dessin réalisé par l'un de ses collaborateurs.

Il s'agissait du point de vue de Charlie Hebdo de répliquer à la vague de manifestations violentes et au boycott des produits industriels danois, provoqués dans le monde musulman par des religieux qui jugeaient les dessins danois blasphématoires ou racistes.

L'initiative de Charlie Hebdo avait suscité une critique du président Chirac qui avait condamné une "provocation manifeste" susceptible à ses yeux "d'attiser dangereusement les passions".

Philippe Val a laissé entendre mardi que Jacques Chirac avait encouragé les plaignants à porter plainte "pour des raisons politiques", dont il réserve les explications au tribunal.

"Le fait que l'avocat du président de la République (Me Francis Szpiner) les défende, ça a un sens", a-t-il dit, ajoutant que l'on avait bousculé l'agenda judiciaire afin que ce procès ait lieu avant l'élection présidentielle.

Soulignant que le quotidien France Soir, qui avait publié les mêmes dessins, n'était pas attaqué, Caroline Fourest, une collaboratrice du journal, a estimé que la Mosquée de Paris s'était "sentie obligée de faire de la surenchère" en raison de ses difficultés au sein du Conseil français du culte musulman.

Fleming Rose, rédacteur en chef des pages culture du Jyllands-Posten, le journal danois qui a suscité une vague de colère dans le monde musulman en publiant les dessins de Mahomet, a également accepté de témoigner pour Charlie Hebdo.

"Je n'ose imaginer les conséquences, non seulement en France, au Danemark ou en Europe, si Charlie Hebdo perdait le procès", a-t-il dit lors de la conférence de presse. "Ce serait un retour en arrière de plusieurs décennies".

Il a ajouté que ce procès lui rappelait le temps où il était correspondant en Union soviétique. Veut-on revenir à cette époque ?", a-t-il demandé.

Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris et président par ailleurs du Conseil français du culte musulman (CFCM), a récemment expliqué qu'il s'agissait pour lui de lutter contre le racisme et non d'attaquer toute représentation du prophète.

Dans certaines interprétations rigoristes, l'islam prohibe la représentation du prophète et les images seraient donc en elle-mêmes blasphématoires


Source : http://fr.news.yahoo.com/06022007/290/charlie-hebdo-raille-le-proces-medieval-des-de




Caricatures : les organisations musulmanes hésitent à lancer des poursuites systématiques





Les tribunaux ne leur ont jamais donné gain de cause mais ces revers n'entament pas "la confiance" des organisations musulmanes françaises dans la justice de leur pays. Elles l'ont répété à la veille du procès contre Charlie Hebdo, mercredi 7 février, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. La Grande Mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la Ligue islamique mondiale ont porté plainte contre l'hebdomadaire, après la publication des caricatures danoises mettant en scène le prophète Mahomet, en février 2006. A la veille de la sortie de l'hebdomadaire, elles avaient tenté d'empêcher par référé sa parution. En vain.


Leur dernier déboire judiciaire remontait à 2002. Les organisations musulmanes et la Ligue des droits de l'homme poursuivaient, pour "incitations à la haine", l'écrivain Michel Houellebecq. Dans des entretiens accordés au mensuel Lire et au Figaro Magazine, à l'occasion de la parution de son livre Plateforme, il déclarait notamment : "La religion la plus con, c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré." Les plaignants avaient été déboutés en première instance et avaient renoncé à faire appel.

Dans l'affaire des caricatures danoises, les organisations musulmanes ont choisi d'attaquer exclusivement Charlie Hebdo et non pas France Soir, premier quotidien en France à avoir publié les dessins. "France Soir était dans un rôle d'information, en rendant compte le premier de ces caricatures", a justifié Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris. " Charlie Hebdo, enchaîne-t-il, en les publiant après coup, dans un numéro spécial, retiré à plusieurs reprises, a choisi d'être dans la provocation à caractère lucratif." Par ailleurs, les plaignants ont engagé leur action contre seulement deux des douze caricatures et contre un dessin de Cabu publié en "une" de l'hebdomadaire satirique.


"CARACTÈRE RACISTE"


"Si nous avions poursuivi l'ensemble des caricatures, nous pouvions être dans le délit de blasphème", a indiqué Me Francis Szpiner, l'un des avocats de la Grande Mosquée de Paris. "En attaquant deux d'entre elles, analyse-t-il, nous acceptons que l'on puisse caricaturer le Prophète, mais nous n'acceptons pas leur caractère raciste." L'un des dessins incriminés représente le Prophète, la tête couverte d'un turban en forme de bombe, sur lequel figure la profession de foi musulmane.

Entraînés par leur base à s'engager dans une stratégie visant à poursuivre les cas "les plus flagrants" d'islamophobie, les représentants des musulmans de France sont toutefois conscients de la frontière ténue qui sépare l'opinion personnelle de la diffamation. Aussi ont-elles choisi de ne pas poursuivre le professeur de philosophie Robert Redecker, auteur d'une tribune publiée dans Le Figaro du 19 septembre 2006, dans laquelle il qualifiait le prophète Mahomet "de chef de guerre, impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame" et le Coran de livre "d'inouïe violence". Le Conseil français du culte musulman, que préside M. Boubakeur, a, par ailleurs, condamné les menaces dont M. Redecker a fait l'objet.

En octobre 2002, les musulmans de France ne s'étaient pas non plus associés au MRAP, à la Ligue des droits de l'homme et à la Licra, qui avaient porté plainte contre l'écrivain Oriana Fallaci après la parution de son livre La Rage et l'Orgueil, dans lequel elle écrivait notamment "les fils d'Allah se multiplient comme des rats". "On y avait réfléchi mais à l'époque on craignait une multiplication de ce type de provocations et on avait préféré se concentrer sur le cas Houellebecq", explique Me Chems-Eddine Hafiz, avocat de la Grande Mosquée de Paris. Les poursuites avaient été annulées pour vice de procédure.





source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3226,36-864552@51-862973,0.html


Caricatures de Mahomet : montrer ou pas ?

voir : http://www.lemonde.fr/web/portfolio/0,12-0@2-3214,31-737435@51-862973,0.html


_________________
Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Socrate

Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

Elle accouche à 11 ans, prison avec sursis pour le père




LILLE (Reuters) - Le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais) a condamné dans la nuit de mercredi à jeudi un jeune homme à huit mois de prison avec sursis pour avoir conçu un enfant avec une fillette de onze ans, laquelle a accouché d'une petite fille.

L'homme, âgé aujourd'hui de 20 ans, tout juste majeur au moment des faits, a également été condamné à verser 5.000 euros de dommages et intérêts à la jeune fille.

L'audience s'est déroulée à huis clos mercredi. Le procureur avait requis une peine d'un an de prison avec sursis.

L'enquête ayant déterminé qu'il n'y avait pas eu de contrainte et donc de viol, l'homme était par conséquent poursuivi pour "atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans".

L'homme, un ami de la famille, a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec la fillette avant de quitter le Nord Pas-de-Calais pour s'engager dans l'armée.

La fillette, de forte corpulence, a caché sa grossesse à ses parents qui n'ont appris qu'elle était enceinte qu'au moment de l'accouchement, quand elle a été conduite à l'hôpital pour des maux de ventre.

Son père avait alors porté plainte et le jeune militaire avait été identifié grâce à un test ADN.

D'après son avocate, il ne devrait pas faire appel du jugement et souhaite assumer sa paternité


_________________
Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Socrate

Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 




_________________
Avant de critiquer oubli pas que toi aussi un jour tu as débuté


http://soha-creation.xooit.com/index.php
Visiter le site web du posteur
Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

Caricatures: relaxe requise par le parquet pour Charlie Hebdo



PARIS Le parquet a requis jeudi la relaxe de Charlie Hebdo et de son directeur Philippe Val, jugés en correctionnelle à Paris pour la publication de trois dessins de Mahomet jugés racistes par des organisations musulmanes.

Le substitut du procureur Anne de Fontette a estimé que les caricatures relevaient de la liberté d'expression et ne s'en prenaient pas à la religion musulmane, mais à l'intégrisme.

Le jugement devait être mis en délibéré dans la nuit après les plaidoiries des avocats de Charlie Hebdo et Philippe Val.

"L'intégrisme ne désigne pas tous les musulmans", a dit la représentante du ministère public.

"Ce qui est en évidence dans ces caricatures, ce n'est pas l'obscurantisme supposé de la religion musulmane, son prosélytisme ou encore ses défauts, c'est la dénonciation de l'utilisation qu'en font les terroristes qui prétendent agir en son nom", a-t-elle dit.

Cette prise de position était très attendue car le parquet n'était pas à l'origine des poursuites. Lors de publication en février 2006 des dessins, le président Chirac avait dénoncé une "provocation manifeste".

Anne de Fontette a défendu le principe de la liberté d'expression, relevant que la Cour européenne des droits de l'homme en acceptait une très large application, notamment en matière de religion.

Elle a même rendu un hommage indirect à Charlie Hebdo, devenu, a-t-elle dit, "pour nombre de nos concitoyens le reflet vivant de la liberté de la presse dans uns société démocratique qui ne peut être théocratique".

Auparavant, les avocats des plaignants, la Grande mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale, avaient défendu l'idée que l'hebdomadaire satirique avait insulté les croyants musulmans.

Ils ont soutenu qu'ils n'entendaient pas s'en prendre à la liberté d'expression ou établir un délit de blasphème, mais dénoncer ce qu'ils considèrent comme du racisme.

LIBERTE D'EXPRESSION

Plusieurs témoins ont encore soutenu Charlie Hebdo à la barre, dont François Bayrou. "Je suis croyant, j'ai un attachement pour les religions et si j'avais été directeur d'un de ces journaux, je n'aurais pas publié (ces dessins). Mais au-dessus de cela, il y a le pilier central de nos sociétés qui est la liberté d'expression", a dit à la barre le candidat UDF à la présidentielle.

"Bien sûr, ces expressions sont vigoureuses, acides, caustiques, mais est-ce qu'elles portent atteinte aux fondements de la foi ? Je ne le crois pas", a-t-il ajouté.

La veille, le candidat UMP à l'Elysée Nicolas Sarkozy et le premier secrétaire du PS François Hollande avaient exprimé un point de vue similaire, respectivement dans une lettre lue à l'audience et à la barre du tribunal.

Philippe Val est poursuivi par la Grande mosquée de Paris, l'Union des organisations islamiques de France et la Ligue islamique mondiale pour "injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion", accusation passible en théorie de six mois de prison et 22.500 euros d'amende.

Sur les trois dessins visés par la poursuite, deux publiés initialement en 2005 au Danemark par le quotidien Jyllands-Posten, montrent pour l'un le prophète Mahomet avec une bombe dans son turban et pour l'autre, le même personnage accueillant des kamikazes au paradis et déclarant, "stop, on est à court de vierges".

Le troisième dessin attaqué, oeuvre du dessinateur Cabu et publié en couverture de Charlie Hebdo, montre, avec un titre "Mahomet débordé par les intégristes", le prophète qui se voile les yeux et dit : "c'est dur d'être aimé par des cons".

A la barre, le journaliste Mohamed Sifaoui a estimé que c'étaient les fondamentalistes musulmans et non les journaux occidentaux qui avaient commencé à associer islam et violence dans leurs représentations.

Il a montré au tribunal le drapeau de l'Arabie saoudite, qui associe la phrase "il n'est de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète", pilier de l'islam, avec un sabre.


_________________
Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Socrate

Auteur Message
Répondre en citant

Message Actualités 

Les taliban utiliseraient des enfants comme boucliers humains




KABOUL (Reuters) - Les taliban ont utilisé cette semaine des enfants comme boucliers humains pour couvrir leur repli lors d'une opération des forces étrangères et afghanes qui visait à assurer la sécurité d'un barrage hydroélectrique de la province d'Helmand, dans le sud, affirme l'Otan.

Ce n'est pas la première fois que les taliban se servent de boucliers humains, affirment des responsables locaux, mais ils n'avaient jusqu'alors jamais utilisé d'enfants à cette fin.

Ils l'auraient fait lors de combats qui se sont déroulés lundi pendant l'Opération Kryptonite, une offensive qui visait à sécuriser la région du barrage de Kajaki, afin de permettre l'aménagement d'une nouvelle centrale et la réparation des installations existantes.

"Lors de cette opération, des taliban ont utilisé des boucliers humains. Ils se sont notamment servis d'enfants de la région pour couvrir leur repli", a déclaré le colonel Tom Collins, porte-parole de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf), sous contrôle de l'Otan.

Les forces afghanes et étrangères ont essuyé des tirs d'armes légères et des tirs de roquettes. Mais elles n'ont déploré aucune victime, a précisé Collins.

Quelque 700 combattants étrangers, parmi lesquels des Tchétchènes, des Pakistanais ou encore des ouzbeks, sont arrivés cette semaine en provenance du Pakistan pour renforcer les forces des taliban se concentrant sur le barrage.

La région de Kajaki a été le théâtre de violents combats ces dernières semaines entre les taliban et les forces de l'Otan, en majorité des Britanniques et des Néerlandais

Construit par les soviétiques en 1953, le barrage permet l'irrigation de 142.000 hectares de terres. Deux usines hydroélectriques y ont été construites en 1975 par les Etats-Unis. Elles produisent 33 mégawatts. Une troisième usine est en projet. Elle doit permettre de doubler cette capacité d'ici deux ans.

Les taliban ne veulent pas détruire le barrage, ce qui aurait pour conséquence de provoquer de dramatiques inondations dans la Vallée d'Helmand. Leur stratégie est de créer un climat d'insécurité dans la zone du barrage pour empêcher la poursuite des travaux.

Les commandants taliban ont annoncé une offensive majeure après la fonte des neiges. L'année écoulée a été la plus sanglante en Afghanistan depuis la guerre de l'automne 2001 au cours de laquelle les taliban avaient été chassés par les Américains. Au moins 4.000 personnes ont péri en Afghanistan depuis un an.


_________________
Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien

Socrate

Auteur Message

Message Actualités 



Montrer les messages depuis:

Répondre
Page 3 sur 9
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Modération




Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation remonter




Cityscapes.ma